Challenge 2.0 : Le jeûne

Ça a commencé il y a deux semaines.
Le corps s’est mit à décliner. J’étais fatiguée, épuisée, sans énergie. Dans ces circonstances, difficile de rester productif ou concentré. Et mon cerveau, on en parle ? De manière générale, j’avais constamment la tête dans le cambouis. Un peu comme si mes pensées étaient devenues une sorte de pelote de laine infernale, s’emmêlant d’autant plus chaque fois que je tirais sur un fil pour y voir plus clair.

Et puis un jour, mes synesthésies se sont mises à déconner – vraiment beaucoup. Ma synesthésie des couleurs prenait son pied en transformant mon champ de vision en un kaléidoscope géant, à tel point que je n’arrivait plus à marcher droit. Ma synesthésie des odeurs, quant à elle, faisait des siennes en rapelant une odeur d’herbes à mon souvenir tous les soirs – et cela sans aucune raison. A elles deux, elles sont parvenues à me filer une migraine de trois jours. Pour moi, cela a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

N’ayant plus d’objectifs précis, ni même d’énergie pour en trouver, et plus aucune idée de mes priorités, je tournais en rond. Et puis là, j’ai eu un déclic. J’ai sentis que c’était le bon moment.

Et si on repartait à zéro ?

Un peu comme on ferait une mise au point du système, un retour aux paramètres d’usine. Cela semble curieux à dire, mais je l’ai déjà fait – tout à fait involontairement – il y a quelques années … En jeûnant ! Alors, pourquoi ne pas le faire consciemment cette fois-ci ?
Comme je sais l’investissement que cela demande, j’ai entreprit de dégager mon emploi du temps de tout ce qui pourrait me détourner de ce temps pour moi. De mon point de vue, le jeûne est un moment privilégié que l’on prend pour soi-même, pour se reconnecter aux besoins du corps et pour faire les choses que l’on a pas le temps de faire habituellement. J’ai pris quatre jours pour me préparer mentalement et physiquement à l’idée, en ne me nourrisant sur les deux derniers jours que de légumes crus.

J’ai entamé mon jeûne le mercredi, peu avant treize heures – et après avoir avalé ma dernière salade. Le verdict ? Le voici au jour par jour, pour vous donner une idée.

MERCREDI – Jeûne partiel (de 13h à minuit, soit 11 heures de jeûne)

J’ai un peu la migraine, mais vers 18h, je connaît un splendide regain d’énergie. Je me sens en forme, motivée, à tel point que je décide subitement de déplacer mes meubles pour me créer un coin bureau plus « cosy ». A 22h je ne suis toujours pas fatiguée. Une dernière fois, ma synesthésie des odeurs fait des siennes. Je prends une tisane de camomille, et au dodo.

JEUDI – Jeûne total (soit 35 heures de jeûne)

Lever à 10h, plus en forme que jamais. Cela fait des semaines que je n’ai pas aussi bien dormi. Une petite migraine semble persister, mais rien de grave, je m’éloigne des écrans et je prends du temps pour faire des choses agréables ; lire, écrire, dessiner … Je me sens allègre, légère et heureuse.
Vers 16h30, je commence à sentir une fébrilité dans mes doigts et mes jambes. Elle empire vers 18h, et je commence à avoir vraiment faim. Craignant l’hypoglycémie, je m’autorise un verre de lait d’avoine.
Je vais me coucher à 23h, mais difficile de dormir ; je ne suis pas vraiment fatiguée, et assez nauséeuse. Mon ventre se plaint, et arrive la phase de doute. Est-ce que c’est pas stupide, cette idée de jeûne ?

VENDREDI – Jeûne total (soit 59 heures de jeûne)

Finalement, je me suis endormie à 3h du matin et réveillée à 10h. J’avais un peu le vertige, et une fébrilité musculaire assez flagrante. Qu’à cela ne tienne, je laisse mon corps se réveiller à son rythme.
Une fois levée, mon premier geste est de me prendre un jus de citron, que j’estime avoir mérité en ne craquant pas pour une galette de riz. Effets peu glamour, j’ai la langue pâteuse et une haleine de chacal. Par contre, je n’ai plus la migraine et mon visage a retrouvé une peau de pêche ! Pour me remotiver, je relis des articles et témoignages sur le jeûne. Au passage, je glane quelques recettes de tisanes santé, et je retrouve le plaisir tout simple de faire du yoga.
Vers 22 heures, je m’aperçois que résister à la faim n’est plus un problème, parce que je n’ai plus faim du tout ! En revanche, c’est là qu’arrive le besoin de résister à la gourmandise …

SAMEDI – Jeûne total (soit 83 heures de jeûne)

Je me lève tout à fait reposée vers 9h. Mais, peut-être parce que mes voisins déménagent, j’ai un peu mal au crâne. De plus, même si je suis très reposée, je me sens moins énergisée que les premiers jours. Peut-être pas ce que mon corps a finalement accepter d’arrêter de manger ?
Vers 13h, je me sens de nouveau plus décalquée que reposée. En plus, je suis prise d’une envie monstre de me cuisiner quelque chose de sucré. Je suis accro au sucre, ce n’est pas une nouveauté. Pour ne pas craquer, je me prépare une boisson improvisée. Résister à la gourmandise me semble tout à coup bien plus dur que de résister à la faim … C’est comme si mon lit me tendait les bras.
Après une petite séance de yoga, je retrouve tout de même la force nécessaire pour sortir, et faire quelques courses en prévision de la fin de mon jeûne. Très fatiguée, je vais me coucher aux alentours de 20h00.

DIMANCHE – Jeûne partiel (de minuit à 15h30, soit 98 heures de jeûne)

Dimanche, je me lève toujours reposée. Et motivée ! Le plus difficile est de ne pas céder à la tentation de cuisiner tout de suite – une tentation qui me hante depuis hier. Après un réveil en douceur, je m’y attelle donc vers 11h00.
A 15h30, pleinement satisfaite, je prends mon premier repas depuis 4 jours.

Et après ?

Après un jeûne, et pour ne pas en perdre immédiatement les bienfaits et risquer les problèmes de santé, il faut reprendre doucement une alimentation variée. L’idéal est de commencer par les légumes, en y ajoutant peu à peu les protéines, puis les féculents. Il ne faut pas non plus négliger les liquides, qui doivent rester prédominants les premiers jours.

Pour allier les deux, les smoothies verts sont très recommandés durant la première phase « d’après-jeûne ». N’étant personnellement pas fan de smoothies, et sachant qu’un jeûne de quatre jours est encore assez léger, j’ai préféré entamer ma reprise avec une tarte de légumes très digestes, à la pâte fine et sans gluten. En limitant les quantités et en buvant toujours beaucoup d’eau, mon organisme n’y a vu que du feu !

Et le verdict tombe …

Aujourd’hui mercredi, je peux faire un retour sur cette expérience.

A mon grand étonnement, j’ai constaté que résister à la faim n’est pas difficile. Résister à la gourmandise, par contre, c’est une autre paire de manches ! Le jour le plus difficile a été le troisième jour, sans surprise, où je me suis sentie vraiment fatiguée. Même si je n’ai pas ressenti le besoin d’être suivie par un médecin tout au long de cet expérience, je me dis que cela doit être bénéfique, en permettant peut-être d’étaler le jeûne et de l’adapter en fonction des besoins de chacun … mais au fond, je n’en sais rien.

Comme ces quelques jours ont été dégagés des obligations de cuisine, de repas ou de vaisselle, j’ai enfin pu prendre du temps pour moi. Alors, bien sûr, j’ai pu en profiter pour dormir, faire du sport … Surtout, je me suis enfin laissé le temps de me remettre à la méditation ! De plus, comme à chaque fois que je suis seul avec moi-même, j’ai pu remettre de l’ordre dans mon esprit, en m’attelant à une phase d’introspection nécessaire. Point bonus : mes synesthésies sont revenues à la normales (Traduisez : plus de migraines en perspective, youpi !)

Physiquement, mon visage s’est éclaircit. Je me sens plus légère, plus à l’aise avec mon corps. Je crois que j’ai dû perdre du poids, parce que je le sens. Ce n’était pas le but de la manoeuvre pour moi – mais peut-être que cet effet secondaire pourrait en intérésser certains. Pour finir, le plus grand bienfait que m’ait apporté ce jeûne est, je pense, un regain d’énergie.

Et vous les louvetaux, avez-vous déjà tenté le jeûne ? Si oui, avec quels résultats ?
Dites-moi tout ça 😉


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s